La filière légumes secs fête son premier anniversaire

Après un projet pilote prometteur initié en 2022, chez une dizaine d’agriculteurs, l’intérêt de produire des pois chiches, lentilles et haricots secs s’est confirmé : un an après le lancement de la filière légumes secs par Euralis, en partenariat avec Bonduelle, près de 1 000 ha ont été mis en production par 115 agriculteurs. Cette filière s’inscrit dans la politique de souveraineté alimentaire menée par le gouvernement. Elle répond par ailleurs à l’intérêt croissant des consommateurs pour les protéines végétales et les produits cultivés et transformés en France. Les agriculteurs du territoire coopératif d’Euralis ont bien compris l’intérêt de cette diversification.

 

Dès les premiers échanges avec les conseillers d’exploitation, sur le terrain, les agriculteurs ont manifesté de l’intérêt pour la nouvelle filière légumineuse proposée en partenariat avec Bonduelle, partenaire historique de la coopérative pour des productions de maïs doux et d’haricots verts. « Pour les exploitants, partout sur notre territoire coopératif, c’est l’opportunité d’avoir une diversification de leurs revenus, et un débouché garanti » explique Thierry Cauhapé, responsable des productions spécialisées chez Euralis. « La culture de légumes secs a par ailleurs l’avantage d’être peu consommatrice en intrants et peu gourmande en eau. Ce qui permet à l’agriculteur de mieux gérer sa ressource en eau, en privilégiant l’irrigation sur des cultures plus consommatrices en eau ».

 

Un accompagnement sur mesure

Euralis et Bonduelle s’unissent pour proposer aux agriculteurs un accompagnement sur l’ensemble de la campagne.  Ainsi, une douzaine de réunions d’informations ont été organisées en début de campagne pour partager les chiffres clefs du marché des légumineuses et échanger sur le contrat, l’accompagnement, l’itinéraire cultural et les avantages économiques et agronomiques qu’offre cette nouvelle filière. Bonduelle assure le suivi technique de la culture du semi à la récolte. En parallèle, si l’agriculteur le souhaite, Euralis lui propose une réflexion globale sur l’assolement (stratégie culturale, projection technico-économique…).

 

 

 

Plus de 1000 hectares de légumes secs produits

Au total, 115 agriculteurs adhérents sont engagés dans la nouvelle filière – 30 agriculteurs en pois chiches, 40 en lentilles et 45 en haricots secs – pour près de 1 000 hectares produits. Ils représentent l’ensemble du territoire coopératif. Ces cultures de légumes secs permettent des rotations avec d’autres cultures, notamment les céréales à paille, le tournesol, le sorgho et le maïs. La récolte des lentilles et des pois chiches va intervenir dans les semaines qui viennent, et celle de haricots secs en septembre. Au global, le volume de ces collectes de légumes secs devrait avoisiner 1 500 tonnes. Après la récolte, les légumes secs sont triés chez Lidea à Francescas, dans le Lot et Garonne, avant d’être collectés et mis en conserve à l’usine de Bonduelle.

 

Une filière en phase avec la stratégie de développement du pôle Agricole

Cette filière s’inscrit dans la logique de contractualisation du Pôle Agricole. Elle répond aussi à la volonté d’Euralis d’aller vers des productions respectueuses de la planète et qui s’inscrivent dans des tendances sociétales actuelles. Rappelons que le marché des légumes secs est en plein développement en France.

 

TEMOIGNAGE  – Guillaume Saintignan, agriculteur administrateur Euralis

« Mon exploitation se situe à Lussan-Adilhac (31). J’ai différentes productions : du blé tendre, du colza, du tournesol, de la luzerne et, depuis cette année, des pois chiche (9 ha) et des lentilles (4 ha). Je me suis lancé dans cette filière légumes secs car j’ai un débouché garanti via un contrat de production avec ma coopérative Euralis qui a structuré ce partenariat avec Bonduelle. Cela sécurise ma production, je sais où je vais. En plus, ces deux cultures demandent peu d’intrants – c’est cohérent avec la nouvelle PAC – et ne sont pas très gourmandes en eau. Enfin, me lancer dans cette filière légumes secs me permet de diversifier mes assolements, de mettre une culture en plus sur la rotation. Je voudrais aussi souligner que je bénéficie d’un accompagnement de qualité : les techniciens de Bonduelle me rendent visite tous les 15 jours sur la parcelle. Je connais peu ces cultures de légumineuses, c’est important et rassurant de se sentir épaulé ».

Array